Restauration collective

5 idées pour appliquer concrètement la loi EGalim !

Restauration collective :

5 idées pour appliquer concrètement la loi EGalim 


La loi EGalim a pour but d’accompagner la transition alimentaire de la restauration collective en favorisant l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous. Focus sur les bonnes pratiques à adopter !





Faire confiance à son grossiste pour s'approvisionner en produits éligibles


Depuis le 1er janvier 2022, la loi EGalim demande aux restaurants collectifs des établissements chargés d’une mission de service public de proposer 50 % de produits de qualité et durables dans leurs menus, dont au moins 20 % de produits biologiques. À noter qu’à partir du 1er janvier 2024, l’ensemble de la restauration collective privée sera concerné par cette loi.


Chez Vivalya, les adhérents, grossistes de proximité, mettent à disposition et développent des offres de produits éligibles. Nous oeuvrons au quotidien pour proposer une offre de qualité et certifié à nos partenaires. Il existe aussi des démarches équivalentes favorisant les pratiques vertueuses comme Demain la TerreVergers écoresponsablesZéro Résidu... pouvant intégrer les critères Egalim. Retrouvez la liste sur le site du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.


Opter pour des contenants durables pour substituer le plastique


Dans les restaurants collectifs, tous les ustensiles plastiques à usages uniques sont interdits depuis le 1er janvier 2020, tout comme les bouteilles d’eau en plastique depuis début 2021. Mieux vaut également opter pour des couverts et pailles biosourcés et recyclables, ainsi que des contenants en inox ou de la vaisselle en matière durable. Avant 2025, les contenants plastiques de cuisson, de réchauffe et de service devront être aussi remplacés. 


Se rapprocher d'associations pour favoriser le don des excédents alimentaires


La lutte contre le gaspillage alimentaire est une des mesures fortes de la loi EGalim pour les cuisines collectives. Afin de lutter contre ce fléau, les adhérents de Vivalya s’adaptent aux besoins de leurs clients en procédant par exemple à la valorisation des produits dits "moches", certains de nos adhérents accompagnent la transformation de produits bruts en produits finis, comme des jus, des soupes ou des compotes. Les restaurateurs peuvent également communiquer sur la réalisation de recettes à base de produits "moches". À noter que depuis le 22 octobre 2020, les cuisines centrales ou sur place qui préparent plus de 3000 repas par jour ont l'obligation de proposer une convention de dons à une association habilitée.



Afficher l'origine des produits


À l’entrée du restaurant, il faut désormais informer les convives par un affichage permanent sur l’origine des composants des repas, et notamment ceux issus de projets alimentaires territoriaux. Les responsables doivent aussi envoyer ces informations par communication électronique. Depuis le 1er mars 2022, les établissements de restauration commerciale et collective devront afficher l’origine de toutes les viandes crues dans un souci de traçabilité. La mesure ne s’applique pas aux viandes achetées déjà préparées ou cuisinées.


En tant que grossiste de proximité, Vivalya dispose de sa web-app lavieadugout.fr qui répertorie les producteurs locaux travaillant main dans la main avec ses adhérents. lavieadugout.fr permet leur localisation, leur production et leur histoire. Fiable et évolutif, c’est un outil de traçabilité qui répond à la demande pour trouver le bon produit au bon moment.


Enfin, consulter le site Ma-Cantine-Durable


Émanation du gouvernement, le site met en avant des témoignages et des exemples pour rendre son restaurant collectif plus responsable. Il recense toutes les mesures de la loi EGalim et est un support ressource pour aider les restaurateurs à atteindre leurs objectifs comme la mise en place de menus végétariens ou avec différentes sources de protéines. 


Réussir la transition Egalim ensemble !

PreviousNext